Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

Soutenir, innover, agir en proximité

Quelles sont les mentions obligatoires sur un site Internet

Mentions légales obligatoires, gestion des cookies et respect du RGPD

Tous les sites internet édités à titre professionnel, qu'ils proposent des ventes en ligne ou non, doivent obligatoirement indiquer des mentions légales
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email

Les mentions légaleslogotln

  • pour un entrepreneur individuel : nom, prénom, domicile
  • pour une société : raison sociale, forme juridique, adresse de l'établissement ou du siège social (et non pas une simple boîte postale), montant du capital social
  • adresse de courrier électronique et numéro de téléphone
  • pour une activité commerciale : numéro d'inscription au registre du commerce et des sociétés (RCS) ; numéro individuel d'identification fiscale/ numéro de TVA intracommunautaire
  • pour une activité artisanale : numéro d'immatriculation au répertoire des métiers (RM)
  • pour une profession réglementée : référence aux règles professionnelles applicables et au titre professionnel
  • nom et adresse de l'autorité ayant délivré l'autorisation d'exercer quand celle-ci est nécessaire
  • nom du directeur de la publication et coordonnées de l'hébergeur du site (nom, dénomination ou raison sociale, adresse et numéro de téléphone)
  • pour un site marchand, conditions générales de vente (CGV) : prix (exprimé en euros et TTC), frais et date de livraison, modalités de paiement, service après-vente, droit de rétractation, durée de l'offre, coût de la technique de communication à distance

Les cookies et autres traceurs

Avant de déposer ou lire un cookie, les éditeurs de sites ou d'applications doivent :

 

  • informer les internautes de la finalité des cookies
  • obtenir leur consentement
  • fournir aux internautes un moyen de les refuser

 

La durée de validité de ce consentement est de 13 mois maximum. Certains cookies sont cependant dispensés du recueil de ce consentement.

 

Le manquement à l'une de ces obligations peut être sanctionné jusqu'à 1 an d'emprisonnement, 75 000 € d'amende pour les personnes physiques et 375 000 € d'amende pour les personnes morales.

 

Pour en savoir plus sur le consentement avant l'insertion de Cookies et autres traceurs, consultez le site de la CNIL

Les données personnelles

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) ajoute des obligations liées à la transparence de l'information, particulièrement pour les fichiers et traitement informatiques. Doivent être mentionnées :

 

  • les coordonnées du délégué à la protection des données (DPO ou DPD) de l'organisme, s'il a été désigné, ou d'un point de contact sur les questions de protection des données personnelles
  • la finalité poursuivie par le traitement auquel les données sont destinées
  • le caractère obligatoire ou facultatif des réponses et conséquences éventuelles à l'égard de l'internaute d'un défaut de réponse
  • les destinataires ou catégories de destinataires des données
  • les droits d'opposition, d'interrogation, d'accès et de rectification
  • le cas échéant, les transferts de données à caractère personnel envisagés à destination d'un État n'appartenant pas à l'Union européenne
  • la base juridique du traitement de données (c'est-à-dire ce qui autorise légalement le traitement : il peut s'agir du consentement des personnes concernées, du respect d'une obligation prévue par un texte, de l'exécution d'un contrat notamment)
  • la mention du droit d'introduire une réclamation (plainte) auprès de la CNIL

Pour en savoir plus sur le traitement des données à caractère personnel, consultez nos fiches pratiques RGPD.

RGPD : exemples d'informations

 

Sanctions

L'absence d'une information obligatoire est punie de l'amende prévue par la loi de 1 500 €.

Tout traitement informatique non consenti est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 300 000 € d'amende.

Bon à savoir

Propriété intellectuelle

Il est toujours désagréable de constater qu’une documentation, un argumentaire commercial ou les photos d’un site ont été plagiés par un « copier-coller » abusif. Les droits d’auteur sont protégés par le code de la propriété intellectuelle. Il peut être stratégique de mentionner certains articles pour éviter ce genre de surprise.

 

Art L122-4 : « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

 

Liens hypertextes

Les liens hypertextes sont à la base d’Internet. Il convient néanmoins de rester vigilant vis-à-vis de certaines dérives possibles.

Les liens du site vers un autre site

Il n’est pas possible de surveiller constamment les sites vers lesquels il a été établi un lien. Il peut arriver, par exemple, que le nom de domaine du site sur lequel son propre site pointe soit repris par un site illégal.

 C’est pourquoi, il est recommandé de dégager la responsabilité de l’entreprise dans les mentions légales quant aux changements ou mises à jour éventuels des sites vers lesquels un lien a été établi.

 

Les liens pointant sur le site

Rien n’interdit techniquement de faire un lien sur une page internet accessible à tous. Il est cependant préférable de demander l’autorisation. Toutefois, il est possible de refuser que certains sites pointent sur son propre site en le stipulant dans les mentions légales.

Conclusion

Il convient de rester vigilant sur la législation à venir en matière de mentions légales et ne pas hésiter à se rapprocher d’un expert pour valider la démarche.

Source: Service-public-pro.fr - Février 2019