Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
Soutenir, innover, agir en proximité
0

« Digital Markets Act » : mieux réguler les marchés numériques en Europe

Depuis le 6 mars 2024, les géants du numérique doivent se conformer au « Digital Markets Act » (DMA), un nouveau règlement européen qui leur impose une vingtaine d’obligations et d’interdictions. L’objectif ? Instaurer une concurrence équitable entre ces plateformes et les entreprises du numérique opérant sur le marché européen mais aussi élargir les choix des consommateurs européens. 
  • #NUMÉRIQUE
  • #RÉGLEMENTATION
  • #EUROPE
  • Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Mercredi 13 mars 2024
    Qu’est-ce que le « Digital Markets Act » ou règlement des marchés numériques ?

    Avec le développement de l’économie numérique, les grandes plateformes en ligne (Alphabet, Amazon, Apple, ByteDance, Meta et Microsoft) – désignés comme « contrôleurs d’accès » par la Commission européenne- sont devenus incontournables, engendrant ainsi des situations de quasi-monopoles.

    ordinateur

    Le « Digital Markets Act », adopté par la Commission européenne en septembre 2022, vise à favoriser l’économie numérique européenne en permettant l’émergence de nouveaux acteurs face à ces grandes plateformes et en assurant un cadre équitable pour les relations commerciales. Sont visés par ce règlement les systèmes d’exploitation, les navigateurs web, les moteurs de recherche, les messageries en ligne, les réseaux sociaux ou encore les services d’intermédiation (comme les places de marché, les boutiques d'applications).

     

    Les géants du numérique avaient 6 mois pour se mettre en conformité avec le règlement européen, elles doivent s’y conformer depuis le 6 mars 2024.

    Quelles sont les obligations et interdictions imposées aux géants du numérique ?

    applications logiciellesConformément au « Digital Markets Act », les acteurs majeurs du numérique doivent notamment :

    1. donner la possibilité aux internautes de se désabonner et de désinstaller facilement des services, logiciels et applications,

    2. Ne pas imposer des logiciels par défaut à l'installation du système d'exploitation,

    3. permettre aux principaux services de messagerie d’être interopérables avec d’autres.

     

    Ils ne peuvent plus :

    • préinstaller certaines applications logicielles,
    • favoriser leurs propres produits ou services sur leurs plateformes par rapport à d’autres vendeurs,
    • réutiliser les données personnelles collectées lors d'une prestation pour les besoins d'une autre prestation, sans le consentement de l’utilisateur,
    • imposer aux développeurs d'application l'utilisation de certains services pour être référencés dans les magasins d'application.
    Quels impacts pour les entreprises locales ?

    Le « Digital Markets Act » entraîne des évolutions majeures sur les plateformes tels que Google Business Profile (ex-Google My Business).

     

    Mis gratuitement à disposition par Google, Google Business Profile est un outil qui propose aux chefs d’entreprises de référencer leurs établissements (restaurants, boutiques, entreprises…). Il offre une visibilité dans les résultats de recherche et facilite la recherche des internautes en leur permettant de localiser et d’accéder aux coordonnées d’une enseigne. Avant le « Digital Markets Act », lorsqu’un utilisateur réalisait une recherche locale, les résultats s’affichaient en haut de la page.

     

    Depuis la mise en œuvre du DMA, Google est contraint de modifier l’ordre d’affichage. Les chefs d’entreprises vont donc devoir mettre en place de nouvelles stratégies marketing et explorer des alternatives pour maintenir leur visibilité en ligne, en optimisant notamment le référencement naturel (SEO) de leurs sites web.

    SEO référencement natuel